L’actualité commentée

Décembre 2020

En Allemagne, le juge face à l’assistance au suicide

Le 14 décembre 2020

En Allemagne, la Cour constitutionnelle a jugé que l’interdiction de l’assistance au suicide était contraire à la Constitution du pays.
Expliquons cette décision.

Mots-clés associés à cet article : Euthanasie , Dignité humaine , Suicide , Médecin

Photo @ PxHere

L’assistance au suicide n’est pas l’euthanasie

Il s’agit tout d’abord de distinguer assistance au suicide et euthanasie.
L’euthanasie demande un comportement actif du médecin ou d’une autre personne. Elle peut alors être considérée comme un homicide, décidé pour mettre fin aux souffrances d’un individu. En Allemagne, cette euthanasie peut être punie comme un meurtre, ce qui n’est pas le cas en Belgique si des conditions très strictes sont respectées.
Par contre, l’assistance au suicide est un accompagnement de la personne qui souhaite se suicider, par exemple en lui procurant des médicaments ou d’autres moyens de mettre fin à ses jours.
Depuis décembre 2015, cette assistance au suicide était punie en Allemagne d’une amende ou de trois ans d’emprisonnement au maximum. Cette nouvelle loi voulait, d’une part, éviter que l’assistance au suicide devienne un commerce et, d’autre part, protéger des personnes vulnérables qui auraient pu être poussées à ce suicide assisté.

Droit à la dignité humaine

La Cour constitutionnelle a donc jugé que cette loi ne respecte pas la Constitution. En effet, l’interdiction d’aider des personnes qui le souhaitent à se suicider les empêche d’obtenir du soutien et cela contredit plusieurs droits fondamentaux décrits dans la Constitution allemande. Ainsi la décision de vouloir mourir est une manifestation du droit à la personnalité et à la dignité humaine. Même s’il s’agit d’une dernière expression des droits fondamentaux, ceux-ci doivent être respectés à tous les stades de la vie.

Droit à la liberté professionnelle des médecins

L’interdiction de l’assistance au suicide ne respectait donc pas le droit des personnes voulant mourir. Elle ne respectait pas non plus d’autres libertés et droits présents dans la Constitution allemande : la liberté professionnelle des médecins et des associations d’aide au suicide, la liberté associative et la liberté personnelle.
Cette interdiction pure et simple ne respectait pas non plus le principe de proportionnalité.

Suite à la décision de la Cour constitutionnelle, l’État allemand devra préciser les critères permettant cette assistance au suicide.

« La Cour constitutionnelle allemande déclare inconstitutionnelle l’interdiction de l’assistance institutionnalisée au suicide » - Viola Kodweiss – Justice en Ligne

Commentaires

  1. En Allemagne, le juge face à l’assistance au suicide

    15 décembre 2020

    Skoby

    Je suis tout-à-fait contre cette assistance au suicide. Je suis pour l’euthanasie réalisée
    par un médecin, quand la personne est très souffrante et inguérissable.
    Ce n’est pas du tout la même chose. L’assistance au suicide peut-être d’ailleurs une
    arnaque vis-à-vis de personnes faibles ou en détresse !

  2. En Allemagne, le juge face à l’assistance au suicide

    16 décembre 2020

    Blanc 17

    C’est déjà un bon début. En France il n’y a rien de tout cela : on se voile les yeux , on ne veut pas voir la réalité à savoir que toute VIE A UNE FIN. ORGANISER sa fin de vie , pour ceux qui le souhaite devrait être UN DROIT. Cest en toute cas une noblesse d’esprit, une réalité de vie. La France se dit laïque .... elle ne l’est pas sur la Mort.

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.